Catégorie : Nouvelles

Lisez ici quelques unes de mes nouvelles.

La Loterie

— Doc ! Magnez-vous ! crie Timothée en faisant irruption dans ma baraque. C’est l’heure de la loterie !

Le gamin n’attend pas ma réponse. Il est déjà parti en faisant voler mon rideau de perles de bambou. L’insouciance de la jeunesse, je l’ai vécue aussi. Tout comme lui, je vivais la loterie comme une fête, autrefois. Mais comment peut-on appeler ça une fête, quand on sait que quelqu’un va mourir ?

Comme toutes les deux mille cent quatre-vingt-dixièmes heures, et pas une minute de plus ni moins, toute la poisseuse colonie d’ici-bas doit se réunir sur la grande place. Une partie s’y rend par espoir, d’autres, comme moi, par pur devoir. Pour gagner une place dans la colonie d’en-haut, certains sont prêts à tout, même s’il faut pour cela que quelqu’un soit condamné à mourir. La loi du « chacun-pour-soi », en ce qui me concerne, elle me donne envie de gerber. Mais bon, je n’ai pas non plus envie de crever bêtement pour crime de désobéissance. Alors, quand faut y aller, faut y aller.

Lire la suite

L’Homme aux cent visages

Dans un futur proche…

— Papa, c’est qui le monsieur dehors ?

Thierry quitta momentanément la cuisine pour aller voir sa fille Maëlle. Celle-ci se tenait sur les genoux, appuyée contre le dossier du canapé, à regarder la neige tomber dehors dans la pénombre nocturne. Les flocons, éclairés par quelques lumières de la maison, prenaient l’apparence d’étoiles tombant du ciel.

— Peut-être le Père Noël ? hasarda-t-il en pensant qu’elle jouait.

Mais elle ne jouait pas. Dans la lumière des torches photovoltaïques qui ornaient son jardin, se détachait une silhouette, sombre, immobile et inquiétante. À son pied, une masse difforme. Ce n’était ni un sac de cadeaux, ni le Père Noël.

— Maëlle, monte dans ta chambre s’il te plaît.

— C’est un méchant ? Tu vas le mettre en prison ?

Thierry lui répondit qu’il ne savait pas, mais insista pour qu’elle montât dans sa chambre. Il regarda l’heure. Marie ne rentrerait pas de l’hôpital avant deux bonnes heures. Il devait être prudent, et ne surtout pas risquer de laisser sa fille sans défense. Mais il devait aussi se débarrasser de l’étrange visiteur avant le retour de sa femme. S’il était dangereux et s’en prenait à elle ?

Lire la suite

Aller au contenu principal